Congrès psychiatrie et SNC

Symposium du Mercredi 22 novembre 2006 à la Cité des sciences 16H-17H30

"Apport et pertinence des " Études psychiatriques " d'Henri Ey dans la psychiatrie contemporaine".

Président : Jean GARRABE président de l'Association pour la Fondation Henri Ey

Modérateur : Patrice BELZEAUX, Président du Cercle de Recherche et d'Édition Henri Ey

Les Études psychiatriques d'Henri Ey sont assurément le sommet de la description clinique et de la compréhension psychopathologique du XX° siècle. Elles sont aussi par l'audace d'Henri Ey, le moment fondateur, en rupture avec la psychiatrie classique dont cependant elle tient le plus grand compte, d'une entrée dans la modernité : diagnostic bi- voire tri-axial, aspects " dimensionnels " primant les approches catégorielles, prééminence de l'aiguë sur le chronique, validation de la variabilité clinique et des formes de passage, réflexion épistémologique mettant l'approche l'homme en souffrance au cœur de la " rencontre ", etc… Nous avons donné la parole à ceux qui ont, avec plus d'une vingtaine de collègues, étudié de près ces textes en vue de leur réédition imminente. Ils ont confronté ces textes des Études à leur travaux contemporains : chacun dans son domaine respectif, qui va de la pratique clinique au quotidien jusqu'à la recherche la plus avancée en passant par les réflexions philosophiques, éthiques, voire politiques, y a puisé matière à une réflexion qui vient en retour enrichir leur démarche contemporaine. Ce qui ne peut que nous questionner sur le statut de la clinique : pur fait clinique aussi solide que le roc d'où partent comme autant de rameaux les réflexions psychopathologiques et les classifications ou bien terme ultime, aboutissement et conséquence d'une conception singulière dans l'approche du sujet souffrant ou, au pire, influence pernicieuse des idéologies régnantes ? Chacun sait que l'organo-dynamisme d'Henri Ey s'est dressé contre ces apories, matérialisme, idéalisme et idéologie tentant de les dépasser toutes pour une conception de l'homme dans sa nature. Ce dépassement n'est-il pas toujours recommandable dans chaque domaine de notre actualité ?

* * *

L'étude de la mélancolie à l'ère " post-génomique " : les Etudes Psychiatriques comme guide épistémologique. A propos de l'Etude n°22

Raoul BELZEAUX Interne en psychiatrie, service du Pr Naudin, clinique universitaire de psychiatrie et psychologie médicale, CHU Timone, 264 rue Saint-Pierre, 13385 Marseille

Les études psychiatriques d'H. Ey peuvent servir aujourd'hui de guide épistémologique à la recherche en psychiatrie. Tout d'abord elles mettent en avant l'importance de la clinique dans le projet de compréhension de la pathologie mentale. Le travail clinique peut nous prévenir de toute " réduction vague " et nous engage à " saisir la pathologie totale ". Les études psychiatriques manifestent aussi l'importance d'une approche causale intégrative ou multidimensionnelle. Enfin, la description des facteurs étiologiques discutés dans les années 50 par H. Ey, nous encourage à ne pas être trop dupes des techniques de recherche et des différentes " ères " jalonnant l'approche étiologique.

Ainsi, les études psychiatriques d'H. Ey sont bien un " guide " épistémologique pour nos travaux de recherche actuels sur la mélancolie, qui s'inspirent de la psychiatrie phénoménologique de Tellenbach et utilisent les outils de la recherche biologique de l'ère " post-génomique ".

 

L'anxiété morbide : étude biopolitique d'Ey. A propos de l'Etude N° 15

Eduardo Tomas MAHIEU Psychiatre, praticien hospitalier, établissement public de santé Erasme, XXe secteur de psychiatrie des Hauts de Seine, 143 avenue Armand Guillebaud, BP 85, 92161 Antony cedex

Toute théorisation psychopathologique se met à l'épreuve de l'angoisse. Il suffit de parcourir rapidement le texte de Henri Ey pour s'en apercevoir. Car, non seulement elle structure "tous les états psychopathologiques", mais elle est aussi "un des plus spécifiques reflets de l'âme humaine". Véritable identité spéculative hégélienne, l'angoisse est capable de réunir dans la plume de H. Ey le plus bas (spasme gastrique, constipation, sueur) et le plus haut (liberté, engagement, création). Plus encore, elle est le lieu de la division sans relâche tentée de démarquer le corps de l'âme, le normal du pathologique, la matière de l'esprit. Ce n'est pas H. Ey qui dira le contraire : la clinique qu'il construit est sans cesse confrontée aux rapports de la discontinuité (la crise) avec la continuité (l'organisation), de l'aigu (l'affre) et le chronique (la constitution), du champ de la conscience (synchronie) et celui de la personnalité (diachronie). Il nous le fait bien comprendre : "la séméiologie de l'anxiété constitue plutôt une perspective psychopathologique qu'une description d'un symptôme". Il y reconnaît "le même problème du physique et du moral" qui ressurgit sans cesse.

Mais voilà qu'une citation de S. Kierkegaard que l'on retrouve dans le texte de H. Ey ouvre une autre perspective du problème : "Si l'homme était ange ou bête, il ne connaîtrait pas l'angoisse". Ainsi, écartelée entre la vie nue (zoè) du simple corps animal, et le monde humain (bios) de projets et abîmes du temps, l'angoisse paraît être un des opérateurs biopolitiques qui sépare sans cesse l'homme de l'animal : l'ouvert, évoqué par G. Agamben, l'ennui profond de M. Heidegger.

"La condition humaine" dont parle H. Ey dans la première page de son étude trouve son contrepoint dans la dernière note de bas de page qui clôt son article : la citation d'un texte de Günther Stern appelé "Pathologie de la Liberté" dont H. Ey ne nous dit pas grand chose. Il s'agit d'un texte rare qu'évoque "la fin de l'histoire" et le devenir de l'animal humain post historique. C'est un sujet qu'aborde A. Kojève dans son cours sur la Phénoménologie de l'esprit : l'humanité est arrivée à la condition post-historique. Mais, l'homme se réconcilie avec sa nature animale? Devient-il ange, ou bête? Les deux à la fois? On pourrait dire qu'il est ainsi dans le déclin de l'angoisse au profit du stress dans les théorisations psychiatriques: celui-ci est déjà l'opérateur d'un rapport au monde tout animal. Ce déclin signerait le passage à l'homme post historique, libéré de l'angoisse inhérente à la condition humaine?

 

A propos de " La jalousie morbide " d'Henri Ey. Quand la passion déconstruit la clinique. A propos de l'Etude N° 18

Philippe RAYNAUD Psychiatre, praticien hospitalier, centre hospitalier de Thuir, secteur 2, avenue du Roussillon, 66300Thuir

" Plût au ciel, Monsieur, qu'il suffise d'être cocu pour n'être point malade ! ". C'est par cette assertion sans appel qu'Henri Ey, citant De Clérambault à propos d'un patient examiné à l'infirmerie du dépôt, donne à son Etude n°=18 une tonalité surpassant toute les autres en terme d'intensité dramatique, ce qui lui confère une certaine congruence formelle avec la passion étudiée. Sa phénoménologie de la jalousie, inspirée des travaux de Lagache, nourrie de références philosophiques, littéraires et psychopathologiques variées, est soucieuse de classification. Au delà de la jalousie elle-même, système triangulaire qui introduit dans le corps-à-corps amoureux le fantasme de l'intrusion du rival, Henri Ey, à travers cette étude, nous invite à une réflexion beaucoup plus globale, en résonance directe avec l'actualité de nos pratiques et de nos interrogations de clinicien, autour des notions d'ambivalence, de captation et d'emprise, d'oblation, de structure et de processus, de normal et de pathologique.

 

De la perversité. A propos de l'Etude N° 13

Pierre CHENIVESSE Psychiatre, praticien hospitalier, institut Marcel Rivière 78321 Le Mesnil Saint Denis cedex

Nous allons nous intéresser à l'étude 13 Perversité et perversions, en essayant tout simplement de faire une lecture de la première partie de celle-ci sans nous fourvoyer nous l'espérons dans une relecture. Seront ainsi proposées, des descriptions cliniques et des réflexions psychopathologiques au travers des deux chapitres : "position du problème de la perversité et des perversions pathologiques" et "des anomalies du développement éthique ou moral insanity" qui comme nous le constaterons sont d'une actualité patente.