COLLOQUES, JOURNÉES D'ÉTUDES, CONGRÈS

dans cette rubriques une sélections des colloques qui concernent plus particulièrement l'Association pour la Fondation Henri Ey et le Crehey

 

 

 

 

 

 

J.F.P.

JOURNEES D ' ETUDES

Salle de conférence de l'association AQNDC

92 bis Bd du Montparnasse 75014 Paris

 

Destruction de la psychiatrie, disparition du citoyen ?

SAMEDI 6 avril

9h30 -12h30 : La psychiatrie médico-légale, de l'expertise à la question des soins des malades dangereux.

Table ronde autour de: Evry ARCHER, Michel DUBEC, Jacques FEILLARD, Christian KOTTLER

14h30 18h: Quel hôpital psychiatrique aujourd'hui ?

Table ronde autour de :Nicolas DISSEZ, Didier GOASGUEN, Claude JEANGIRARD, Jean-Pierre RUMEN.

DIMANCHE 7 avril

9h30 -12h30: Le démantèlement de la clinique.

Table ronde autour de :Marcel CZERMAK, Werner REIN, Jean-Jacques TYSZLER, Hughes ZYSMAN

14h30 -18h :Destruction de la psychiatrie, disparition du citoyen ?

Table ronde autour de : Marcel CZERMAK., Dominique DESANTI , Hélène L'HEUILLET, Charles MELMAN, Denis SALAS.

 

Destruction de la psychiatrie, disparition du citoyen ?

 

L'hygiénisme prophylactique ambiant réalise une promotion : pivotant de la psychiatrie à la santé mentale, les psychiatres seront dorénavant des santémentalistes par décret.

Nul n'ignore cependant &endash; et les praticiens, comme les politiques sont bien placés pour le savoir &endash; qu'il est rare que l'on puisse atteindre soi-même cette bonne santé, publique au demeurant, que l'on ne cesse de prôner pour son prochain. Serait-ce par contrainte psychologique ou par corps.

On s'étonnera qu'une lettre de mission, qualifiant leurs tâches par anticipation, dépossède les praticiens de leurs responsabilités légitimes, et mandate &endash; pour faire passer la pilule &endash; certains de leurs collègues. Ils en seront assurément remerciés, cependant que passera à la trappe ce qui est notoire : que la psychiatrie dans son long effort tâtonnant d'élaboration est d'abord fabriquée et définie par les psychiatres, même si certains cèdent sur leur discipline pour placer des écrans entre leurs malades et eux-mêmes.

Oserait-on dire à un savant ce qu'est sa mathématique, quand la charge de son écriture et des problèmes qui en découlent, lui revient ? On sait le prix que certains payèrent.

On peut rêver à des magiciens qui, devant les graves difficultés ambiantes, lèveraient nos hypothèques par la simple vertu de leur idéologie et de la place d'où ils hypnotisent. On sait qu'il n'en est rien. Mais il n'est pas sur que le baquet de Mesmer ait fait son temps.

Destruction de la psychiatrie : une clinique et des praticiens en voie de disparition, comme tous le reconnaissent, substitués par les normes d'un pseudo-savoir statistiquement préétabli qui laisserait accroire que nous tenons le bon bout pour peu que la longe ne soit pas trop courte.

Une science, légitime, bafouée par une économie à laquelle elle s'est soumise pour obtenir fonds et reconnaissance. Et, du coup, en régression spirituelle.

Une psychanalyse affrontée à des exigences évaluatives dont les critères, externes à son champ, ne peuvent que la discréditer en même temps que le lieu même d'où ces critères s'originent : celui de la névrose contemporaine, serait-elle celle de l'action publique.

Une république doit quand même répondre à cette petite demande : veut-elle des citoyens dignes de ce nom et aptes à répondre de leurs actes, ou des clones consensuellement normés et dispensés de l'autorité comme de la responsabilité de ce qu'ils effectuent ?

On peut toujours rêver à des français sages, épargnés par les toxiques, la délinquance et les malheurs conjugaux ou économiques, bons fils et bons pères, travailleurs pacifiques de leur trente-cinq heures, et enfin étrangers à toute peine, mis à l'abri de l'atmosphère déflagrante croissante, à quoi nul droit ne peut répondre. La réponse nous est connue et datée, celle de toutes les illusions, à savoir : la religion ou la botte. Cependant que la question est ailleurs, masquée sous les oripeaux d'une éthique, soit disant nouvelle, qui renverrait la peine légitime des hommes au vestiaire d'un « combat d'arrière garde » voire d'une ringardise hilarante. Nous avons beaucoup appris des jeunes gardes, qu'elles soient brunes, rouges ou de quelque autre couleur : elles ont toujours suivi les vieux renards.

Evoquera-t-on, pour les plus charpentés, la lente érosion morale entraînée par l'abdication progressive des principes, devant des pouvoirs qui ne seraient soucieux que d'un « Bien » dont personne, à ce jour, ne peut aisément donner la définition. Sauf à opérer du lieu de la perversion : révéler à l'autre ce que serait sa vérité supposée, tout en s'alimentant de son angoisse. Comment alors, lutter contre les addictions, seraient-elles médicamenteuses avec Autorisation de Mise sur le Marché ?

Marcel Czermak

Post Scriptum : quelques amis d'autres disciplines nous font remarquer que ce que nous écrivons de notre propre lucarne vaut tout autant pour eux-mêmes. Ils nous confirment ainsi que c'est bien comme missionnaires de la médecine que nous sommes placés.

 

Les Neurosciences et la Conscience à l'honneur sous la présidence du prix Nobel de medecine G. Edelman à l'invitation du Pr Begon de la Faculté de médecine Poitiers (biophysique) secrétaire scientifique du Programme

Congrès international : Biologie & Conscience

sous la Présidence d'honneur du Professeur Gerald Edelman, Prix Nobel de médecine

organisé par : L'Académie Européenne interdisciplinaire des sciences

 

25 au 27 avril 2002

Conservatoire National des Arts et Métiers CNAM - Paris

(nombre de places limité à 800)

 

Programme, Information, Inscriptions : PubliHelp 12 rue Caillaux 75013 Paris

Tel : 01 44 06 07 08 E-mail : conference@publihelp.fr

Argument du Colloque

Biologie & Conscience

Mise au point des connaissances

 

La connaissance anatomique et biologique des processus de la pensée a bénéficié de deux révolutions : la révolution des sciences cognitives inspirée de l'informatique (algorithmes, mémoires, computation) et la révolution neurobiologique (sélection de groupes neuronaux, interconnexions, neuromédiateurs, représentations psychoneurobiologiques).

L'actualisation et la synthèse de ces connaissances est l'objet du présent congrès. La participation des Pères-fondateurs des neurosciences : G Edelman, J Delacour, W Singer, M Jouvet, J Vincent, est à ce titre un signal fort.

L'exposé inaugural du Professeur G Edelman éclaire la thématique des débats : « De la Dynamique du cerveau à la Conscience ; Comment la matière devient Imagination ». L'esprit repose sur la matérialité du cerveau, en tant que système neurobiologique au remodelage dynamique.

La Conscience est un état mental qui intègre, avec intentionnalité, l'ici et le maintenant d'une situation, et le vécu intime associé. La neurobiologie explique, de la même façon, pensées objectives et subjectives. Toute représentation psychologique a un équivalent neurobiologique. Ces fondements de la Conscience font l'objet de la 2ème session.

Les 3ème et 4ème sessions abordent les modifications cliniques de la Conscience et leurs traitements. Les altérations neurologiques ont une valeur heuristique. S'agissant de la psychiatrie et de la psychanalyse, les neurosciences en relancent l'intérêt, en donnant à la psyché un substrat neurobiologique que Freud, lui- même, avait postulé. On conçoit alors qu'au-delà de leur action sur les récepteurs, les psychotropes ont un effet sur les représentations mentales.

La 5ème session est celle des synthèses, avec les théories neuropsychologiques. Le philosophe est là pour la critique épistémologique.

La dernière session imagine ce que sera une Conscience artificielle.

Unité ou pluralité de la Conscience sont le sujet du débat final. Mais bien d'autres thèmes seront abordés : Le sommeil paradoxal et le rêve, le remodelage dynamique de la mémoire, l' imagerie cérébrale de la cognition, le renouveau conceptuel de la Psychose.

Les Neurosciences sont la clé des processus d'apprentissage, des comportements sociaux, des dysfonctionnements neurologiques et mentaux. Plus que jamais, elles sont le socle de la psychologie, de la neurologie et de la Psychiatrie.

 

Professeur François Bégon

Secrétaire scientifique du programme

Programme, Information, Inscriptions